Partageons notre passion du sport !

parc national de la vanoise

FRANCE

Retour à liste

Présentation

Le roi Victor Emmanuel 2 crée la réserve royale du Grand Paradis en 1856 qui sera agrandie et transformée en parc national en 1922.

 

La quasi disparition du bouquetin trop chassé dans le massif de la Vanoise est l'une des raisons de la création de ce Parc national. Le bouquetin sera totalement protégé en juillet 1963 alors qu'il ne reste qu'une centaine d'individus dans les massifs. Ce parc possède une frontière commune avec le Parc national italien du Grand Paradis. Jumelés depuis 1972, ils couvrent ensemble une zone de 1 250 km2, soit l'espace protégé le plus étendu d'Europe occidentale.  

 

le parc national de la Vanoise représente une surface de 53 000 hectares de protection de l'espace naturel et animal et se divise en 2 zones : la zone centrale et la zone périphérique. 

 

La zone centrale jouit d'une attention toute particulière comme zone de protection. Elle est soumise à une réglementation spécifique. Son objectif premier est la protection et la gestion des espèces rare et menacées.

 

 

 

 

 

La zone périphérique couvre 28 communes. Le Parc participe à la valorisation touristique, culturelle et économique des ressources locales et incite au respect de l'environnement et du patrimoine culturel.

 

Le parc recense Cinq réserves naturelles limitrophes à la zone centrale qui abritent et protègent la diversité des milieux naturels de montagne. Quatre des cinq réserves sont gérées par le Parc national de la Vanoise.  Ces cinq réserves sont :  la Bailletaz sur la commune de Val d'Isère ;  la Grande Sassière sur la commune de Tignes ;  le Plan de Tuéda sur la commune des Allues ; la réserve de  Tignes-Champagny sur les communes de Tignes et Champagny-en-Vanoise.

 

Le Parc national est un lieu de découverte et de loisirs. 600 kms de sentiers de randonnées et une quarantaine de refuges sont à la disposition des visiteurs. Le Parc se veut aussi un lieu exemplaire pour initier des comportements respectueux de la nature.  Les actions du parc sont également liées à la préservation et à la valorisation des paysages, du patrimoine naturel et culturel. Elles visent de plus à maintenir l'activité traditionnelle principalement agricole dans cette région.

 

En ce qui concerne la faune, en plus des mammifères tel que le Bouquetin ou le Chamois, vous pourrez rencontrer une vingtaine de couple d'aigles royaux, des lagopèdes alpin, des tétras-lyre, des perdrix et bien d'autres espèces. Il est rare et important de noter que 2 couples de gypaètes barbus, ont donné deux naissances en 2002.

 

En plus de la flore originaire des Alpes, vous pourrez découvrir quelques espèces orientales, méridionales, sans oublier quelques reliques arctico-alpines, témoins des grandes glaciations. Parmi les espèces protégées, plusieurs espèces d'androsaces, d'ancolie des Alpes, différentes laîches dont la laîche bicolore, la cortuse de Matthiole et bien d'autre, sont à respecter à tout prix.

 

Depuis 10 000 ans, de nombreux éléments témoignent de la présence de l'homme dans le parc national de la vanoise. Tous attestent d'une vie tant économique, sociale que religieuse, par la présence de pierres à cupules datant du néolithique. Ces roches situées en altitude (parfois jusqu'à 3000 m) sont creusées de petites cavités dont la signification demeure un mystère : s'agissait-il de tables de sacrifices, de représentations de constellations, de lieux de cultes?... D'autres gravures, moins anciennes, peuvent être trouvées sur les chemins : croix chrétiennes, outils, figurations humaines, animaux... à ne pas déplacer bien sur.

 

D'autres signes, plus récents, indiquent l'importance du passage de l'homme en Vanoise par la découverte de voies pavées bordées de murets en pierre ou de lauzes dressées par exemple. Dès l'âge du fer, l'homme a cherché à franchir les Alpes par les cols et, pour se protéger, les montagnards demandaient protection par la prière auprès des petites chapelles, oratoires et croix qui sont toujours accrochés aux pentes herbeuses ou disséminés le long des chemins. La Vanoise est très riche en minerais et le cuivre aurait été exploité dès l'âge du bronze. A partir du XVe siècle, ce fut le fer, suivi du plomb argentifère (en particulier à Peisey-Nancroix) au XVIIe siècle, puis le cobalt au XIXe siècle. Les roches de calcaire et de schiste abondent également, elles ont largement été utilisées pour la construction de chalets d'alpage.

Infos pratiques

Géolocalisation



Espace communautaire

Mot de passe:

Actualités

un ouvrage ludique pour adopter son comportement devant un patou

Découvrez les réflexes à adopter
Lire l'article

Dernière sortie