Partageons notre passion du sport !

Sécurité

Avant de s'engager

dans une course toujours s'assurer :

  • D’une météo stable.
     
  • Du débit du canyon qui est responsable des nombreux piéges liés à l’eau ( placages sous cascades, tourbillons ... )
     
  • Choisir une descente qu’au moins une personne maîtrise si vous pratiquez sans guide.
     
  • Ne former que des groupes peu nombreux, par expérience je vous conseille au maximum un groupe de 4 qui permet au moins deux binômes en cas de problème et de séparation du groupe.
     
  • Enfin par mesure de prudence il est recommandé de partir tôt dans des courses de grandes ampleurs pour éviter les orages de chaleur se formant en fin de journée, qui peuvent être mortel, causant une brusque montée des eaux qui emporte tout sur son passage ( on se rappellera des nombreux morts en 90 et 95 dans la Clue du Raton qui est un piége à orage, en effet la roche est imperméable ce qui provoque des montées des eaux sournoises et très rapides ).

Réglementation canyoning

texte de l'arrété préfectoral

qui réglemente la pratique du canyoning dans les alpes maritimes

( n° 98.000481-bis du 22/12/1998 )
 

- CONSIDÉRANT que la pratique du canyonisme consiste à parcourir des sites dénommés canyons, clues, cascades, défilés, rious, gorges, vallons, ravins, torrents, rivières, ruisseaux et combes, où peuvent alterner randonnée, nage, désescalade, sauts dans l'eau et descentes en rappel ;
- CONSIDÉRANT que le risque d'accident est manifeste et que la pratique du canyon nécessite de maîtriser une technique adaptée et posséder une connaissance suffisante des sites ;
- CONSIDÉRANT que cette activité fait l'objet d'une pratique de plus en plus répandue et qu'elle contribue au développement des activités sportives et touristiques ;
- CONSIDÉRANT que le niveau d'eau et les crues peuvent rendre l'activité dangereuse à l'occasion de précipitations importantes spécifiques au département des Alpes-Maritimes ;
- CONSIDÉRANT que l'engouement croissant pour cette activité peut générer des nuisances sur l'environnement naturel et la qualité de l'eau ;
- CONSIDÉRANT que les canyons relèvent soit du domaine public, soit du domaine privé ;
- CONSIDÉRANT la nécessité d'assurer la préservation de l'écosystème aquatique ;
- CONSIDÉRANT la nécessité d'assurer le partage du milieu entre les pêcheurs et les pratiquants du canyon ;

Sur proposition du sous-préfet, directeur de cabinet, le préfet des Alpes-Maritimes arrête :

:: ARTICLE 1 : PERIODE DE PRATIQUE
La pratique du canyonisme est autorisée du ler avril au 31 octobre inclus à l'exception des canyons figurant dans les articles 2 et 3 du présent arrêté où s'applique une réglementation spécifique. Les canyons secs ou habituellement à sec sont autorisés toute l'année.

:: ARTICLE 2 : CANYONS OU PARTIES DE CANYONS REGLEMENTES

VALLÉES CANYONS HEURES AUTORISÉES PÉRIODES AUTORISÉES JOURS AUTORISÉS
Cians RATON Entrée :
1 heure après le lever du jour et en tout état de cause avant 10 h.
Sortie :
avant 17 h
du 15 juin au 31 octobre Tous les jours
Var AMEN
(cascades du final)
de 9 h à 17 h
Cians CIANAVELLE 01 avril au 31 octobre lundi, mercredi, vendredi, dimanche
Estéron SAINT-AUBAN
Tinée ULLION
Cagne LA CAGNE
(en aval de la passerelle du GR 51)
Bévéra BASSERA
(en aval du GR 52 A), GUIOU
Var ROUDOULE
Var AMEN
(du pont de l’Amen aux cascades du final)
du 15 juin au 31 octobre
Siagne SIAGNE DE LA PARE
(Escragnolles)

:: ARTICLE 3 : CANYONS OU PARTIES DE CANYONS INTERDITS

VALLÉES CANYONS PRATIQUE
Vésubie DURANUS
(en aval du canal de la Vésubie)
INTERDITE TOUTE L’ANNÉE
AFFAIA
SAINT-COLOMBAN
INFERNET
(en amont du hameau des Panisses)
IMBERGUET
(aval du pont sur la D. 19, et sur 300 m)
FIGARET
Var ENAUX
Bévéra BEVERA
Siagne SIAGNE
Loup LOUP
(du saut du Loup au Bès de Courmes)
Estéron CASCADE DE VEGAY
Roya BENDOLA
(en aval du pont de Castou, alt. 428 m)
MAGLIA
(en aval de la sortie balisée)
ZOUAYNE
Cians CHALLANDRE
(en amont de la bergerie des Eguilles)
CASCADE DE THIERY
(et Arsilane)
 
Mercantour Tous les canyons situés en zone centrale du Parc National du Mercantour

Note : Les noms de lieux figurant dans le tableau ci-dessus sont issus de la cartographie IGN au 1/25.000ème.

:: ARTICLE 4 : LIMITATION DU NOMBRE DE PRATIQUANTS
Tout groupe de pratiquants ne peut excéder 8 personnes, à l'exception du canyon du Raton où l'effectif maximum est réduit à 6 personnes, encadrement non compris.

:: ARTICLE 5 : ENCADREMENT
5.1- DIPLÔMES ET QUALIFICATIONS NECESSAIRES A L'ENCADREMENT ET L'ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS DE LA PRATIOUE DU CANYONISME
Seuls les diplômes professionnels suivants ouvrent droit à rémunération :
• BREVET D'ETAT D'EDUCATEUR SPORTIF ler degré option spéléologie, assorti de l'attestation de qualification et d'aptitude à l'encadrement et l'enseignement professionnels de la pratique du canyon ou ce brevet délivré après 1996.
• BREVET D'ETAT D'EDUCATEUR SPORTIF ler degré option escalade, assorti de l'attestation de qualification et d'aptitude à l'encadrement et l'enseignement professionnels de la pratique du canyon ou ce brevet délivré après 1996.
• BREVET D'ETAT D'EDUCATEUR SPORTIF ler degré option canoë-kayak assorti de l'attestation de qualification et d'aptitude à l'encadrement et l'enseignement professionnels de la pratique du canyon.
• BREVET D'ETAT D'ALPINISME :
•• guide de haute montagne ou aspirant-guide de haute montagne assortis de l'attestation de qualification et d'aptitude à l'encadrement et l'enseignement professionnels de la pratique du canyon ou ces brevets délivrés après 1996 ;
•• accompagnateur en moyenne montagne assorti de l'attestation de qualification et d'aptitude à l'encadrement et l'enseignement professionnels de la pratique du canyon ;
•• tout diplôme professionnel étranger admis en équivalence.

Les exploitants d'établissements d'activités physiques et sportives proposant la pratique du canyonisme ainsi que toutes les personnes qui enseignent, encadrent ou animent contre rémunération cette activité doivent être déclarés auprès du préfet (Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports).

5.2- DIPLÔMES ET QUALIFICATIONS FEDERALES POUR L'ENCADREMENT BENEVOLE DE LA PRATIQUE DU CANYONISME
• Diplôme de moniteur ou d'instructeur fédéral de canyonisme délivré par la Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade ;
• ou tout autre diplôme reconnu par cette fédération.

:: ARTICLE 6 : RECOMMANDATIONS DE PRATIQUE
6.1 - SE PREPARER
Se renseigner :
• sur le parcours: niveau de difficulté technique, engagement, dénivelée, horaires, y compris marche d'approche et retour, en consultant les topoguides, les plaquettes d'informations, les organismes professionnels ou associatifs d'encadrement ;
• sur les échappatoires, routes, accès supplémentaires (carte IGN 1/25.000) ;
• sur le moyen le plus rapide de déclencher les secours.

S'informer précisément :
•• sur la nature du parcours, et particulièrement, dans les canyons aquatiques, sur la présence de mouvements d'eau importants liés à une géomorphologie particulière (rappels, blocs siphonnants, marmites, drossages violents, galeries immergées . . . ) ;
•• sur le débit d'eau (dépendant de la situation géographique, de l'altitude et de l'importance du bassin versant), et les temps de réponse en cas de précipitations en amont;
•• sur la météo (température, précipitations, risques d'orage...) ;
•• sur les dangers résultant de la régulation artificielle des débits des cours d'eau. Beaucoup de systèmes de lâchers d'eau sont automatisés et donc imprévisibles.

Prévenir une tierce personne de l'itinéraire choisi et de l'heure probable de retour. Ne jamais partir ou progresser seul; de préférence partir à trois personnes.

6.2- S'EQUIPER
Emporter du matériel selon les normes en vigueur, adapté au parcours et aux conditions météorologiques.
Equipement individuel :
• vêtements isothermiques (veste à manches longues et pantalon, selon les canyons) ;
• casque de protection selon les normes en vigueur ;
• chaussures polyvalentes nage/marche ;
• cuissard et longe(s) double(s), ou longe simple avec deux sorties d'attache ;
• descendeur et mousqueton de sécurité ;
• sifflet.
Equipement collectif :
• corde(s) de longueur au moins égale à deux fois la longueur du plus long rappel ;
• mousquetons de sécurité ;
• matériel de remontée sur corde ;
• matériel de rééquipement (tamponnoir, chevilles autoforeuses, plaquettes et marteau, coinceurs et cordelette...) ;
• corde supplémentaire de secours (de longueur au moins égale à une fois la longueur du plus grand rappel) ;
• lampe étanche ;
• couteau rapidement accessible.

6.3- PROGRESSER EN SECURITE
• rester groupés ;
• contrôler systématiquement les amarrages ;
• vérifier la longueur des cordes et leur état. Placer des protections aux points de frottement ou utiliser des techniques qui permettent de déplacer les points de frottement ;
• ne jamais sauter dans les vasques sans en avoir vérifié la possibilité (profondeur, encombrements et mouvements d'eau...) ;
• rester très vigilant dans les progressions de marche, les glissades ou les désescalades ;
• utiliser des signaux clairs et convenus entre les membres du groupe ;
• se nourrir et s'hydrater régulièrement, emporter des boissons et des aliments énergétiques (important en cas d'attente forcée et pour lutter contre le refroidissement).

6.4 - RESPECTER LE MILIEU ET LES AUTRES USAGERS
• des baigneurs, des pêcheurs, des riverains partagent votre lieu de loisir, respectez-les ;
•être patient avec ceux qui vous précèdent, conciliant avec ceux qui vous doublent ;
• préférer les rives au lit du torrent dans les sections de marche afin de limiter le piétinement du fond de la rivière;
• respecter l'eau, la flore, la faune ;
• respecter les itinéraires d'accès et de retour, ne pas piétiner les clôtures, refermer les barrières;
• parquer les véhicules aux endroits prévus à cet effet.

:: ARTICLE 7 : RECOMMANDATIONS POUR L'ENCADREMENT
Un petit groupe est gage de confort, de sécurité et de discrétion. Dans les limites fixées par l'article 4, le nombre de participants par encadrant sera apprécié selon les conditions de pratique, le niveau des pratiquants et les paramètres suivants :
• débit de la rivière prévu lors de la sortie ;
• température eau/air ;
• durée totale de la course (y compris approche et retour) ;
• morphologie et encombrement des gorges ;
• engagement et absence d'échappatoires ;
• difficulté des passages rocheux à franchir ;
• hauteur des plus grandes verticales et nombre de rappels.
L'encadrant choisira au regard des considérations précédentes le matériel complémentaire dont il aura besoin pour mener à bien la sortie.
Vérifier l'aptitude des participants à savoir nager et s'immerger. Chaque pratiquant ou son représentant légal, pour les mineurs, atteste sur l'honneur de son aptitude à savoir nager et s'immerger, ou présente un certificat d'une autorité qualifiée. Pour l'encadrement des mineurs dans les séjours de vacances déclarés et les centres de loisirs sans hébergement habilités, les modalités d'encadrement et les conditions d'organisation et de pratique sont fixées par l'annexe « canyon (descente de) » de l'arrêté Jeunesse et Sport du 8 décembre 1995 fixant les modalités d'encadrement et les conditions d'organisation et de pratique dans les séjours de vacances déclarés et dans les centres de loisirs sans hébergement habilités pour certaines activités physiques et sportives.
:: ARTICLE 8 : INFORMATION ET AFFICHAGE
Le présent arrêté doit être affiché en mairie et au départ des canyons par les autorités municipales.

:: ARTICLE 9 : SANCTIONS
Les contrevenants s'exposent aux sanctions administratives et pénales prévues par les textes en vigueur.

:: ARTICLE 10 :
Le présent arrêté pourra être révisé chaque année en fonction du bilan de la fréquentation et des incidents qui sera effectué en fin de saison.

:: ARTICLE 11 :
Les arrêtés préfectoraux :
• n° 97 000109 du 14 mars 1997 ;
• n° 97 000241 (modificatif) du 16 juin 1997 ;
sont abrogés.
Le présent arrêté se substitue aux différents arrêtés municipaux concernant la pratique du canyonisme.

:: ARTICLE 12 :
Le secrétaire général de la préfecture des Alpes-Maritimes, le sous-préfet de Grasse, le sous-préfet, directeur de cabinet, le directeur régional de l'environnement, le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales, le directeur départemental de l'agriculture et de la forêt, le directeur départemental de la jeunesse et des sports, le directeur départemental de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, le directeur départemental des services d'incendie et de secours, le chef du service départemental de l'office national des forêts, le commandant du groupement de gendarmerie des Alpes-Maritimes, le commandant de la C.R. S. n° 6, le chef du centre départemental de météorologie des Alpes-Maritimes et les maires des communes concernées sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté qui sera inséré au recueil des actes administratifs de la préfecture.

(ARRETE PREFECTORAL N° 98.000481-BIS DU 22.12.1998 PORTANT REGLEMENTATION DE LA PRATIQUE DU CANYONISME DANS LE DEPARTEMENT DES ALPES-MARITIMES)
Editer Supprimer Descendre Monter Base de page Haut de page Validé 01- Texte seul | 23/01/2013 21:53:54

Une fois engagé

dans la course de votre choix il est de bon conseil :

  • De s’assurer de l’adhérence de la roche (les concrétions calcaires sont signe de bonne accroche, en contre partie les dépôts d’algues brunes sont très glissants et rendent la progression aquatique difficile et risquée).
     
  • De sonder toute les vasques qui peuvent se prêter à un saut même si vous avez déjà effectué la descente. En effet le fond peut varier rapidement d’une crue à l’autre, l’eau charriant toujours beaucoup de limon.
     
  • De se longer à tout point de départ de descente en rappel et encore plus si le lit est glissant.
  • De ne pas s’engager dans tout passage étroit si le courant est trop fort.
     
  • De sortir immédiatement du lit du canyon en cas de dégradation du temps en forte précipitation. Ne jamais tenter de finir la course si vous n’êtes pas sûr de la distance restante. Il conseillé de passer l’orage à une bonne distance du lit, ou voir la nuit si il est impossible de faire autrement en attendant les secours ou la décrue.
     
  • De prévenir par mesure de sécurité au moins deux personnes sûres qui ne participent pas et qui donneront l’alerte à une heure déterminé au préalable.
     
  • De laisser une personne avec le ou les blessés pour attendre les secours en cas d’accident.
     
  • De ne pas marcher dans l’eau pour ne pas nuire inutilement à l’équilibre de la faune et flore aquatique.
     
  • De se munir d’une trousse de premier soin pour les petits bobos.
     
  • De ramasser les déchets laissés par d'autres, merci.
Editer Supprimer Descendre Monter Base de page Haut de page Validé 01- Texte seul | 23/01/2013 21:57:06


combinaison néoprène                              gants et chaussons                          sous combis sur combis
     


Pour toute descente il vous faudra vous munir d’une combinaison complète de plongée en 3 ou 5 mm d’épaisseur selon votre désir de confort, les 3mm. permettent une aisance des mouvements plus souple mais restent insuffisantes pour les descentes en eaux froides. C’est le minimum de protection que vous devez vous procurer pour assurer une course dans des conditions de confort thermique appréciable.

La combinaison peut être complété par une paire de gants et de chaussons qui assureront une protection thermique optimale dans les longues courses. En effet une simple combinaison ne peut protéger correctement le corps de l’agression du froid, il est donc important de compléter sa tenue par une protection des extrémités qui sont les parties du corps qui provoquent le plus de déperdition de chaleur.

Pour les périodes les plus rigoureuses ( début et fin de saison ), je vous conseille de rajouter une sous combinaison de 2mm ajoutant une couche thermique supplémentaire au niveau du torse qui est la partie la plus importante à réguler thermiquement étant le siège de tout

 


baudrier




cordes


casque


longe


trousse de secours
Le baudrier constitue avec les cordes et les descendeurs le point fort des périphériques de l’équipement puisqu’il est le point d’attache du corps à la corde qui l’assure. Le choix du baudrier est très important car il doit s’adapter parfaitement à votre corps pour ne pas gêner la marche, je vous conseille de vous procurer un baudrier avec sous cutane en toile cirée car cette dernière assure un confort inégalé pendant les marches. En effet cette protection maintien parfaitement les lanières des jambes qui ont une fâcheuse tendance à glisser le long de ces dernières provoquant gêne et voir même la chute.

De différentes longueurs, les cordes doivent être statiques. Aujourd’hui les techniques ayant bien évoluées, on trouve des cordes en 8mm. légères, flottantes, tout à fait adaptées à la pratique du canyonisme. Ne prenez jamais des cordes destinées à l’escalade car il est fortement déconseillé d’en faire double usage, l’eau dégradant considérablement la qualité dynamique qui permet d’amortir les chutes pendant les ascensions. De plus vous auriez la fâcheuse surprise de voir votre corde couler, le tressage de la corde n’étant pas étanche. Cela n’étant pas le seul désavantage, en effet ce genre de corde gorgée d’eau pèse bien évidemment beaucoup plus lourd. Pour les mordus de ce sport je leur conseille vivement d’acheter directement une bobine de 200 mètres, le prix étant nettement plus avantageux.

Très utile en cas de chutes de petites pierres, en cas de perte d’équilibre … le casque est vivement conseillé.




Comme son nom l’indique, la longe permet de se longer ; c’est à dire s’arrimer à un scellement, piton, main courrante… dans les passages les plus dangereux : départ de rappel glissant ou étroit…
Munissez vous également de deux ou trois mousquetons pour palier à une perte éventuel. Il doit impérativement être doté d’une sécurité d’ouverture pour éviter tout risques pendant les descentes en rappel.

Le bidon est indispensable permettant de transporter en toute sécurité topos, nourriture et principalement la trousse de premier secours et le téléphone portable qui se révèle important en cas de problème. Les sacs à dos se trouve dans tout les magasins de sport qui vous conseilleront sur cette achat néanmoins important car il assure le confort du transport pendant la descente.

Parmi les descendeurs, le plus conseillé reste « le huit » facile d’utilisation, il permet une assurance rapide il peut être couplé pour les personnes peu confiante avec un shunt qui assurera le blocage automatique de la descente en cas d’évanouissement ou autres problèmes entraînant une perte de maîtrise de la corde.

sifflet


sangles

Le sifflet est indispensable dans les grands rappels dont l’arrivée est souvent invisible, seul le sifflet permet de couvrir le bruit de la chute, par des codes simples il vous sera permis de communiquer aisément.




Il faut toujours prévoir quelques sangles d’amarrage pour remplacer celles qui pourraient être usées par la maltrai

 

   

 

:: Partir en été

Quel que soit la taille et durée de la randonnée, que vous soyez grand ou petit, il est important de prendre au moins 1 litre d’eau par personne, une casquette, votre guide de randonnée ou carte IGN et des chaussures de randonnée. Les enfants en montagne se déshydratent très vite alors faite attention à leur donner à boire souvent et protéger leur peau du soleil.

En montagne, le temps peut changer en quelques minutes. Il est donc important de penser à prendre un k-way ainsi qu’un vêtement chaud. Les lunettes de soleil pourront vous rendre service en altitude. Il est aussi recommandé de prendre de quoi grignoter pour caler les petits creux.

Par ailleurs, il n’est pas négligeable de prendre avec vous une trousse de premiers secours pour les petits bobos ( vous pouvez aussi vous munir d’un ASPIVENIN disponible en pharmacie, utile en cas de piqûre d’insectes ou morsures de serpents ). Pour des blessures plus graves, le téléphone portable est un outil essentiel pour prévenir les secours de haute montagne.

Pour les randonnées plus difficiles, prévoyez une couverture de survie, un repas conséquent et au moins 1 litre et ½ d’eau par personne. La carte IGN quant à elle, devient indispensable. Les bâtons de randonnée pourront être aussi utiles en cas de dénivelés importants.

Enfin, si vous ne vous sentez pas capable de faire une randonnée en freeland, n’hésitez pas à faire appel à une société de guide de montagne.

:: Partir en hiver
La randonnée en raquette ou à ski de randonnée s’adresse déjà plus à des personnes habituées à moins de partir avec des guides. En plus des équipements d’été et des vêtements adéquats aux sports d’hiver, il n’est pas négligeable de s’encombrer d’une paire de guêtres qui éviteront à vos chaussure comme à votre pantalon de se mouiller trop vite. Quelques affaires de rechange peuvent être appréciées à l’arrivée.

En ce qui concerne la nourriture, les plats « lyophilisés» sont parfaits si vous possédez un petit réchaud à gaz. Le thermos de café peut être aussi très apprécié en cours de route. Comme il est beaucoup plus difficile de se diriger avec la neige, une boussole peut s’avérer utile. Pour les randonnées extrêmes, un piolet pourra faciliter les passages délicats ainsi que les crampons et une corde pour vous sécuriser.
:: Itinéraire de randonnées
Que ce soit au départ d’une randonnée, au niveau des bifurcations, comme sur une crête ou un sommet, des panneaux numérotés en bois vous permettrons de mieux vous diriger et ainsi de ne pas perdre votre chemin. Ils vous permettront aussi de vous repérer sur les cartes I.G.N au 1/25 000ème, indispensable pour faire de la randonnée.

:: Itinéraire du Mercantour
Les panneaux sont différents car ils ne sont pas numérotés, mais de couleur jaune et indiquent le sommet et la durée estimée pour y accéder. Repérages au sol et sur les arbres.

:: Itinéraire de randonnée classique
Pour éviter de vous égarer durant votre randonnée, en plus des panneaux de direction les gardes ont peint des marques jaunes, reconnaissables de loin, elles font environ 12cm x 5cm et sont à distance à peu prés régulière. Vous retrouverez ces marques entre 2 panneaux ce qui diminue fortement le risque de se perdre.

:: Itinéraire de grande randonnée : « GR »
Ces marques de peinture sont environ de la même dimension que les marques jaunes précédentes en effet seules les couleurs diffèrent. Les marques du « GR » , sont représentées par 2 bandes côte à côte, l’une rouge et l’autre blanche. Ces itinéraires sont souvent très connus et traversent parfois plusieurs régions. Chaque « GR » a aussi son propre numéro.

:: Les Repères Naturels
Les Cernes sont des amas de pierres constituants de petites pyramides, quand le marquage d’une randonnée n’est pas représenté par des marques de peinture, les cayrnes prennent la relève et évitent de vous égarer.

:: Itinéraire du parc national des Pyrénées.
Les traces sont unique et ne se rencontre que dans le parc national des Pyrénées. En plus des panneaux de couleur jaune au départ des randonnées et des cernes qui seront souvent vos seuls reperd, vous allez rencontrer une trace de fond blanc avec un Izard peint au centre ainsi que les lettres P et N qui sont les deux première lettres de parc national.

:: Carte I.G.N
Il est indispensable de partir en randonnée avec une carte I.G.N au 1/25 000ème. Elle vous permettra de vous diriger, trouver les points d’eau ou encore les bergeries, refuges ... également en cas d’erreur de parcours de vous diriger vers le village le plus proche et de façon plus utile, elle vous donne les dénivelés, le kilométrage, et le nom de tous les sommets avoisinants votre position. Elle est indispensable car c’est l’outil le plus précis, comprenant toutes les informations nécessaires afin que votre randonnée reste un plaisir.

 



Espace communautaire

Mot de passe:

Actualités

un ouvrage ludique pour adopter son comportement devant un patou

Découvrez les réflexes à adopter
Lire l'article

Dernière sortie

Femme

27ème Fête des châtaignes

Dimanche 22 octobre : 27ème Fête des Châtaignes de La Bolline. Nombreux stands de produits régionaux et artisanaux dans les rues du village, animation...
Voir la sortie